samedi 17 décembre 2016

Les animaux "touristiques"

Qui n'a jamais rêvé de monter à dos d'éléphant, de caresser un tigre ou de faire un selfie avec un lion ? Personne ? Non, non je ne vous crois pas.
Moi même la première, amoureuse des animaux que je suis, c'est une opportunité que j'aurais aimé saisir...naïvement en tout cas.

En voyant une photo sur instagram d'un éléphant en train de dessiner un paysage (bien mieux que la plupart d'entre nous), j'ai été fortement intrigué par ce que cet animal était capable de faire. Je me suis renseignée afin de savoir comment cela était possible. Je sais qu'ils sont intelligents mais à ce point c'était tout simplement grandiose !

Hélas j'ai vite compris en parcourant la toile pourquoi ils étaient tous aussi dociles et là je ne parle pas que des éléphants.

Pour leur cas il est précisé qu'ils sont arrachés à leur mère quand ils sont encore jeunes éléphanteaux, à savoir que celle-ci est abattue si elle tente de se mettre en travers.

Le jeune éléphant est ensuite "dressé" pendant 4 à 6 jours selon un rituel ancestral appelé "PHAJAAN" (séparation du corps et de l'esprit) qui aura pour but la perte de leur instinct naturel et une soumission extrême de l'animal vis à vis de l'homme.

Pendant cette période, ils sont enfermés dans de minuscules cages où ils ne peuvent pas se mouvoir et sont frappés à plusieurs reprises à des endroits très sensibles de leur corps.
Sans parler de la privation de nourriture, d'eau et de sommeil. Leur objectif est simple, traumatiser l'animal pour que son obéissance ne soit régie que par la peur.

Le fait de pouvoir se faire photographier avec un animal sauvage est sensiblement la même chose, les tigres, lions et autres fauves sont drogués pour pouvoir poser à côté de vous sans sourciller.

Malheureusement, ces maltraitances sont pratiquées avec de nombreux autres animaux : les singes dansants par exemple, habillés et maquillés pour divertir les touristes, les cirques, les spectacles d'animaux marins et même certains refuges.
En France beaucoup d'associations tentent de tout faire pour éradiquer ces pratiques d'esclavagisme animal mais elles persistent en Asie notamment en Thailande, également en Australie, en Afrique du Sud, au Mexique, en Argentine... et même encore en Europe.

Il n'est pas toujours évident de faire comprendre aux autres la gravité de ce qu'il se passe.
La métaphore la plus fidèle à la situation est hélas celle des camps de concentration. Vous vous souvenez des nazis pendant la guerre ? Ils se prétendaient "race supérieure" et les autres tels que juifs, homosexuels, opposants, tziganes, handicapés étaient dénommés la "race faible" et ces communautés condamnées au travail forcé jusqu'à la mort par épuisement ou à être exécuté car ils n'étaient plus assez rentables et bien au risque d'en choquer plus d'un, selon moi on fait la même chose aux animaux. C'est exactement le même schéma. L'homme est la "race supérieure" et les animaux la "race faible". On se sert d'eux, on les exploite !
Certains crierons : "Mon Dieu elle compare un animal à un être humain quel manque de discernement" Non non pas du tout, après tout nous sommes aussi des animaux et ce n'est pas parce que nous sommes capables de nous servir d'un smartphone que cela fait de nous des êtres plus importants que d'autres. Et l'être humain a tendance à vite oublier le passé, il n'apprend pas de ses erreurs alors qu'il devrait suivre l'adage qui dit "tu ne devrais pas faire aux autres ce que tu ne voudrais pas que l'on te fasse".

Nous profitons de leur faiblesse pour satisfaire nos lubies et nos besoins primaires de divertissement en posant fièrement à côté d'un animal maltraité qu'on exposera ensuite  sur les réseaux sociaux pour montrer aux autres la chance que l'on a eu et flatter notre petit égo par la même occasion.

Un animal est un être vivant comme vous et moi, nous ne sommes pas si différents les uns des autres. Lui est innocent et n'aura jamais de comportement violent pour autre chose que pour se défendre ou se nourrir. Tandis que l'homme est par nature pervers, égoïste et destructeur. 

Respectons-les, laissons-les vivre dans leur milieu naturel. Et peut être qu'un jour vous aurez la chance de faire une rencontre formidable qui sera respectueuse du désir de l'animal. Soyez heureux pour eux de les voir vivre en harmonie avec leur famille, leur clan, leur meute.

Tout le monde n'est pas forcément au courant de toutes ces immondes tortures infligées.
Le but de cet article est de sensibiliser un maximum de personne sur tout ce qu'il se passe en amont de ces attractions et de les boycotter. C'est à ce jour le moyen le plus efficace.
Ces barbares sont là pour faire du profit, si les touristes ne participent plus à ça ils cesseront leurs activités.

Alors la prochaine fois que vous ou vos proches partirez en vacances, réfléchissez-y à deux fois avant de participer à ce terrible commerce qu'est le tourisme animal.

Pour aller plus loin dans la lutte, de nombreuses associations existent afin de demander entre autre aux agences de voyage en ligne de ne plus faire la promotion de ces activités.

Partagez, écrivez, signez, hurlez pour mettre fin au calvaire de près de 550 000 animaux.

Camille Valésien-Balandier

jeudi 23 juin 2016


Hellooo !
Je ne sais pas pour vous mais cette petite vague de chaleur me fait un bien fou et me donne l'envie d'être créative !!
Avant de vous présenter le gros craquage solde en matos créa (et mode aussi je pense ^^), je voulais épurer un peu les "chutes" de matériaux qui trainent par ci par là dans mon modeste atelier comme j'aime l'appeler... Bref un peu de plumes, un peu de bleu, un peu de poésie et de liberté voici un petit porte clés qui reflète mon état d'esprit du moment :)